d'Aïeux et d'Ailleurs

Une question ?   | Mots-clés : Brèves d'archives - Généalogie - Challenge de A à Z - Première Guerre mondiale

Brèves généalogiques et archivistiques. Trop anecdotiques pour www.daieux-et-dailleurs.fr , mais qui ne pollueront plus (moins) @daieuxdailleurs !
News flash about archives and genealogy by a French archivist

#ChallengeAZ - Réfugiés

Apolline, dont j’ai failli porter le prénom, est née le 22 février 1899 à Souchez (Pas-de-Calais). C’est la petite dernière (sa mère a 49 ans à sa naissance…) d’une famille recomposée : Elie FLAMENT et Camille COVEZ sont tous les deux veufs en premières noces. Le premier a eu 4 enfants avec Rosa HESPELLE ; la seconde 3 avec François LARIVIERE. De leur mariage naîtront Augustin, Augustine et Apolline (du nom d’une demi-soeur décédée).

Souchez, c’est entre les collines de Lorette (sur laquelle aujourd’hui s’élève le mémorial Notre-Dame-de-Lorette) et Vimy : en plein sur la ligne de front. Les allemands prennent la colline qui domine la plaine de Lens le 5 octobre 1914.

image

Mon arrière-grand-mère racontait (à ma mère) qu’elle avait entendu les balles siffler, et qu’une avait traversé sa robe.

Quand et où ont-ils été évacué ? Et en filigrane, comment Apolline a-t-elle rencontré un charpentier solognot, Maxime MARITON, incorporé en avril 1915…

Lorsque Genealogie.com a fait un week-end gratuit autour de la Grande Guerre, j’ai sauté sur l’occasion.

Flament (Augustine), de Souchez, à Moussages, Cantal

Flament (Hélène), de Souchez, à Moussages, Cantal

Flament (Pauline), de Souchez, à Moussages, Cantal

Flament (Elie), de Souchez, à Moussages, Cantal

Flament (Camille), de Souchez, à Moussages, Cantal

Il s’agit de listes établies par le ministère de l’Intérieur (le titre exact n’est pas précisé sur Généalogie.com) pendant la guerre ; celle-ci est dite de 1915. On en a pour 1914 et 1915 aux Archives de Rennes, mais impossible de mettre la main sur mes Flament…

Il y a énormément de documents sur les réfugiés dans les archives communales et départementales : des autorisations préfectorales pour rester dans la commune de refuge, des fiches de secours attribués aux familles déplacées, etc. Seule difficulté : connaître le(s) lieu(x) d’évacuation… car si le plan d’évacuation était établi par avance, “jumelant” des communes entre elles, les gens ont aussi bougé en dehors des clous…

Espérons que le centenaire sera l’occasion de mieux faire connaître ces documents et cette histoire.

En savoir plus : Souchez et la Première Guerre mondiale. Les Flament d’Ablain-Saint-Nazaire. Les Covez de Labuissière.

— il y a 1 an
#challengeaz  #guerre  #ww1  #souchez  #pasdecalais  #réfugiés